Trump

CLIMATE FIRST : Make the planet great again !

Photo (C) Ecolo j

Ce mercredi 1er février, le groupe des conservateurs réformistes au Parlement Européen (ECR) organise une journée de réflexion sur la meilleure façon d’améliorer notre environnement grâce au capitalisme et à ses mécanismes du marché.

En savoir plus

URL de partage :

+ -
Niveau 3

Un colloque qui verra défiler de nombreux intervenants, parmi lesquels figurent le directeur général de la DG Action pour le climat de la Commission européenne Jos Delbeke, l’ancien ministre britannique en charge de l’énergie et de l’action pour le climat Lord Barke et surtout Myron Ebell, nommé en novembre dernier par Donad Trump à la tête de l’Agence de protection de l’environnement américaine (E.P.A.).

+ -
Niveau 4

Un colloque qui verra défiler de nombreux intervenants, parmi lesquels figurent le directeur général de la DG Action pour le climat de la Commission européenne Jos Delbeke, l’ancien ministre britannique en charge de l’énergie et de l’action pour le climat Lord Barke et surtout Myron Ebell, nommé en novembre dernier par Donad Trump à la tête de l’Agence de protection de l’environnement américaine (E.P.A.).

Consternés par les prises de positions insensées de ce climato-sceptique de premier choix qui a d’abord travaillé en tant que directeur politique dans l’industrie pétrolière avant de présider une organisation visant à combattre ce qu’il appelle "le mythe du réchauffement climatique", les verts ont marqué toute leur désapprobation à l’égard de la politique climatique américaine en manifestant sur place.

Face à un tel sarcasme et un tel discours négationniste, écolo j a décidé d’organiser un comité d’accueil avec l’ensemble de la famille verte belge et européenne (Ecolo, Groen, Jong Groen, le Parti Vert Européen et le groupe des Verts au Parlement Européen). Diverses associations de défense de l’environnement ont également répondu à l’appel à mobilisation qui aura finalement réuni 70 personnes sous le slogan Make The Planet Great Again.

"En effet, bien que les États-Unis se soient engagés à lutter efficacement contre le réchauffement climatique lors de la COP21, Myron Ebell maintient bec et ongles sa volonté d’abandonner l’accord de Paris, qualifiant au passage les mouvements environnementalistes de menace contre la liberté" déclare Adrien Volant, coprésident des jeunes verts bruxellois.

"À titre symbolique, une bouée de sauvetage a été remise à Monsieur Ebell en sa qualité de climato-sceptique number one" complète Adrien Volant.

Toutes les photos :

Haut de page

Chargement