Commission enquête attentats

Commission d’enquête attentats : Ecolo-Groen condamne les interférences politiques de la N-VA et de son président

(c)Reporters

C’est avec surprise et inquiétude qu’Ecolo-Groen apprend dans la presse la présence de Bart De Wever, président de la N-VA, à la réunion de crise qui s’est tenue le 23 mars 2016 au cabinet de l’Intérieur, au lendemain des attentats de Bruxelles. Cette réunion réunissait plusieurs hauts responsables des forces de police et visait à éclaircir les communications ratées entre la Turquie et la Belgique au sujet d’Ibrahim El Bakraoui. Par ailleurs, c’est suite à cette réunion que le Ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) a présenté sa démission et a lourdement accusé Sébastien Joris, l’officier de liaison, en plénière, rejetant sur ses épaules la responsabilité des attaques terroristes du 22 mars.

En savoir plus

URL de partage :

Par Gilles Vanden Burre
Publié le 17 décembre 2016

+ -
Niveau 3

“Qu’un Ministre convoque à son cabinet, dès le lendemain des attentats, des responsables des forces de police pour discuter de la situation et des actions à entreprendre , c’est parfaitement normal,” commente Gilles Vanden Burre, député fédéral Ecolo et membre de la commission d’enquête. “Qu’un président de parti soit également présent à cette même réunion ne l’est pas, et c’est très interpellant.”

Les Ministres Jambon et Geens doivent venir s’expliquer devant les membres de la commission d’enquête ce lundi 19 décembre. Ecolo-Groen sera très vigilant pour que toute la lumière soit faite sur cette réunion et sur la présence inacceptable du président de la N-VA.

“Nous voulons bien entendre que Bart De Wever était peut-être présent au cabinet de Jan Jambon ce jour-là par un hasard du calendrier. Ce n’est par contre pas par hasard qu’il s’est retrouvé autour de la table, à discuter de sujets qui ne concernent que les responsables des services du Ministre de l’Intérieur et les dirigeants de la police fédérale. De tels soupçons d’interférences politiques, sur des sujets aussi graves, ne peuvent être tolérés et nous les condamnons fermement,” conclut Gilles Vanden Burre.

+ -
Niveau 4

Un dossier suivi par

Gilles Vanden Burre

Gilles Vanden Burre

député fédéral
En savoir plus
Haut de page

Chargement