Europe

Démocratie européenne, le réveil de la Force

Photo Flickr (CC) Niccolò Caranti

Le mouvement DiEM 25, lancé par Yanis Varoufakis, se fixe pour objectif de redémocratiser l’Europe d’ici 2025. Les écologistes européens saluent ce nouvel acteur qui partage notre rêve d’une Europe démocratique. Et l’encouragent à élargir son horizon aux enjeux de la transition écologique.

En savoir plus

URL de partage :

Par Zakia Khattabi, Patrick Dupriez
Publié le 10 février 2016

+ -
Niveau 3

Nos coprésidents Zakia Khattabi et Patrick Dupriez ont co-signé cette invitation que nous vous invitons à découvrir.

+ -
Niveau 4

"Aux initiateurs de DiEM 2025, aux amis de la démocratie et de l’Europe et de tous ses citoyens, cher Yanis,

You have a dream. C’est aussi le nôtre.

Une certaine idée de l’Europe nous anime. Une Europe ouverte, transnationale et souveraine. Une grande démocratie européenne, mobilisée, populaire et inclusive. Pourtant, jour après jour, le continent européen s’enfonce dans l’impuissance politique et la laideur morale. Résurgences d’extrême droite et replis xénophobes, techno-structure aveugle et fuite en avant, nous n’en pouvons plus de cette confiscation de notre rêve européen par des mouvements du chacun pour soi et des gouvernements inféodés aux intérêts de quelques uns.

Notre Europe à nous est différente. A la hauteur de ses valeurs, elle respecte tous ses citoyens et accueille ceux qui y cherchent refuge. Nous rêvons d’une Europe citoyenne et des souverainetés partagées où tous les Européens retrouveraient confiance dans leurs parlements nationaux et locaux et décideraient ensemble de leur futur commun au travers du Parlement Européen. Un continent uni dans la diversité et la solidarité, où partager une monnaie et des institutions supranationales manifeste le sentiment d’une communauté de destins.

Oui, nous voulons sortir la démocratie de ces chambres sombres où le Conseil européen, donc les États membres, la séquestre. Partout en Europe et au-delà, les écologistes ont "la démocratie comme projet". Nous défendons le renouveau démocratique en Europe comme condition nécessaire, même si non suffisante, à la sortie des crises. Nous sommes donc aussi convaincus, et ce depuis longtemps, du besoin d’une souveraineté européenne et donc d’une Assemblée constituante européenne !

Nous ne sommes pas naïfs. Nous sommes conscients qu’au nom du certaine intégration européenne, des politiques sont menées qui asservissent à la fois les citoyens et l’idée même d’Europe. Mais nous sommes réalistes. On ne construit rien de solide sur des ruines. Derrière nous se pressent six décennies de paix, de rapprochement, de prospérité partagées et de réunification progressive d’un continent divisé par ses guerres incessantes et par les jeux des superpuissances nucléaires. N’oubliez pas toutes celles et ceux qui sont déjà à l’œuvre pour changer l’Europe. Au cœur de ses institutions, il n’y a pas que des technocrates froids ou des politiciens cyniques néolibéraux à la solde des multinationales. Nous n’avons jamais confondu l’Europe politique avec les politiques européennes.

Si certains d’entre nous sont à Berlin pour le lancement de DiEM25, c’est justement parce que, militants quotidiens de la démocratie, l’écologie, la solidarité et la tolérance, nous pensons qu’il faut aller encore plus profondément dans l’alternative. Nous pensons que la réponse aux crises sociales et économiques, démocratiques et morales, climatiques et énergétiques passe par la mise en œuvre de politiques radicalement nouvelles. En parallèle des réformes démocratiques, l’indispensable solidarité entre Européens et générations exige l’abandon des mythes de la croissance infinie et du matérialisme consumériste. Le changement climatique impose de tout repenser à petites et grandes échelles, de l’énergie à l’alimentation, de notre mobilité au partage des richesses, de notre politique extérieure aux stratégies commerciales. Il est temps d’enfin entrer dans le 21e siècle.

Pour nourrir ce nouvel imaginaire, pour le rendre désirable et le partager avec le plus grand nombre, il faut des projets concrets, issus de nos luttes ancrées dans la réalité et sur le terrain : revenu de base et maximum, monnaies locales et complémentaires à l’euro, énergies renouvelables et citoyennes, agroécologie, biens communs, coopératives, éducation, culture, les sujets ne manquent pas ! Et surtout il faudra repenser nos identités politiques : les étiquettes d’hier sont périmées. L’important n’est pas d’où nous venons, mais où nous voudrons aller ensemble.

L’Europe c’est vous, c’est nous tous, même ceux et celles qui préfèrent le confort douillet des fausses certitudes de l’Etat nation. C’est l’exigence de dépasser nos peurs et fantasmes, de transformer nos sociétés et d’écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire. L’Europe, c’est l’avenir de notre souveraineté collective et plurielle, et d’une prospérité juste et durable.

Chers amis de la démocratie, chers amis de l’Europe, chers initiateurs de DiEM2025, vous avez raison de penser qu’on peut changer le cours des choses. Avec nos différences et toutes nos similitudes, essayons !

Pour que vive la démocratie. Pour que vive l’Europe. Pour que vive la démocratie européenne."

Signataires :

• Florent Marcellesi (Porte parole des Verts Espagnols au Parlement Européen),
• Karima Delli (députée européenne, France)
• Julien Bayou (Porte parole national EELV, France),
• Michel Reimon (député européen, Autriche),
• Rui Tavares (Portugal, ex député européen),
• Verdan Horvat (Croatie),
• Adam Ostolski (porte parole des Verts Polonais),
• Laura Carlier (porte parole des Jeunes Verts européens),
• Teo Comet (porte parole des Jeunes Verts Finlandais),
• Zakia Khattabi (coprésidente de Ecolo, Belgique)
• Patrick Dupriez (coprésident de Ecolo, Belgique)

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Zakia Khattabi

Zakia Khattabi

Co-présidente d'ECOLO
Militante féministe et consultante diversité, je me passionne pour les questions de gouvernance et plus précisément sur l’évaluation des politiques publiques. J’ai toujours eu des engagements politiques. C’est ainsi que progressivement, et parce que je crois en l’écologie politique comme projet de société global et progressiste, j’ai naturellement rejoint les rangs d’Ecolo.
En savoir plus
Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Haut de page

Chargement