Budget

Dérapage budgétaire fédéral : on a atteint les limites du déni !

Photo Flickr (c) 401(K) 2012

Imperturbablement et malgré les évidences, le Gouvernement fédéral persiste dans le déni budgétaire. Alors que l’ensemble des indicateurs sont au rouge, et malgré les signaux à répétition (Cour des Comptes, Commission Européenne, Comité du Monitoring,...), la majorité fédérale semble, au vu des réactions aux derniers chiffres rendus publics ce jeudi soir, vouloir poursuivre dans une direction qui mène la Belgique dans le mur, avec des conséquences économiques et sociales très lourdes.

En savoir plus

URL de partage :

Par Georges Gilkinet
Publié le 23 septembre 2016

+ -
Niveau 3

« Non seulement, les chiffres que nous présente le Gouvernement Michel depuis le début de la législature ne sont pas crédibles, mais, pour le surplus, la situation semble s’aggraver mois après mois. Le Ministre des Finances ne fait pas sa part du travail en matière de recettes fiscales et de lutte contre la fraude. Et les mesures d’austérité, qui frappent les plus fragiles et nuisent à la confiance des entreprises, ne font que ralentir l’économie. Il est incroyable que la majorité refuse de voir cette évidence et de changer de cap ! », s’insurge Georges Gilkinet, député fédéral.

+ -
Niveau 4

Faire autrement est pourtant possible. Les écologistes ont présenté au moment du budget initial des pistes budgétaires alternatives, avec des économies utiles (via, par exemple, la suppression de niches fiscales coûteuses ou la limitation des dépenses en matière de médicaments), des recettes nouvelles (par une meilleure perception de l’impôt et une contribution des revenus des capitaux), mais également des investissements utiles à améliorer la situation économique et sociale (notamment en matière de mobilité). Ils continueront de défendre cette vision alternative dans le cadre des prochains débats.

« Au-delà du fait qu’il fasse fausse route, ce Gouvernement fédéral manque d’un projet économique capable de mobiliser les forces sociales et économiques pour ramener davantage de prospérité en Belgique et capter les emplois du futur. De nouvelles mesures d’austérité ne feront qu’aggraver encore la situation. C’est justement en période de basse conjoncture qu’il faut être capable d’investir intelligemment. C’est ce que doit nous proposer le Gouvernement fédéral à l’issue de l’exercice budgétaire délicat auquel la Belgique est confrontée », conclut Georges Gilkinet.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Georges Gilkinet

Georges Gilkinet

Député fédéral
En savoir plus
Haut de page

Chargement