Energie

Ecolo appelle la Wallonie à renoncer aux investissements dans les combustibles fossiles

(CC) Photo Flickr par Paul Lowry

Alors que la COP21 s’est clôturée sur un accord historique, qui sauve l’espoir de préserver notre climat, le Gouvernement wallon continue à désinvestir les enjeux écologiques.

En savoir plus

URL de partage :

Par Hélène Ryckmans, Philippe Henry, Stéphane Hazée, Matthieu Daele
Publié le 30 décembre 2015

+ -
Niveau 3

D’une part, le budget 2016 présenté par la coalition PS-cdH avant Noël fait le choix du CO2 en prévoyant notamment de réinjecter prioritairement de nouvelles rentrées financières dans le développement du réseau (auto)routier structurant et en n’investissant pas dans les transports en commun. D’autre part, les pouvoirs publics investissent encore massivement dans les énergies fossiles, en particulier le pétrole, le charbon. Or, selon le FMI, les émissions de dioxyde de carbone seraient réduites de 20 % si l’on mettait fin à l’aide publique en faveur des combustibles fossiles. Cela représenterait un pas en avant considérable dans la lutte contre le réchauffement climatique.

+ -
Niveau 4

C’est la raison pour laquelle Philippe Henry, député Ecolo, appuyé par ses collègues Hélène Ryckmans, Stéphane Hazée et Matthieu Daele, appelle la Wallonie à renoncer aux investissements dans les combustibles fossiles, via le dépôt d’une résolution.

Un rapport du Fonds monétaire international (FMI) 1 indique qu’au niveau mondial, les subsides publics envers les énergies fossiles s’élèveront cette année à 5 300 milliards de dollars, soit 10 millions de dollars par minute ! Ce montant représente 6,5 % du PIB mondial, soit davantage que le montant consacré aux soins de santé par l’ensemble des pouvoirs publics dans le monde. L’arrêt de ce subventionnement permettrait également de réduire de moitié le nombre de décès prématurés provoqués par la pollution de l’air.

En Belgique, 71 % des subsides à l’énergie sont affectés à des secteurs énergétiques du passé : 23 % sont alloués à l’énergie nucléaire et 48 % aux combustibles fossiles, par exemple par le biais d’exonérations d’accises pour l’industrie et pour le carburant des avions. Seuls 23 % du soutien financier à l’énergie sont dédiés aux énergies renouvelables et 6 % à peine aux économies d’énergie (isolation, nouvelles fenêtres, pompes à chaleur...). Or, la science reconnaît que les moyens alloués aux économies d’énergie ont un énorme effet retour, non seulement sur le plan climatique mais également sur le plan économique. La proposition d’Ecolo vise à scanner tous les investissements soutenus directement ou indirectement par la Région, que ce soit par le biais de subsides, d’exonérations, d’investissements ou de placements en fonds de pension par exemple, afin de réorienter les moyens publics aujourd’hui consacrés au soutien des énergies fossiles vers les énergies renouvelables et les économies d’énergie.

La Wallonie a un rôle majeur à jouer en la matière, afin de respecter ses engagements à contribuer au financement international de la lutte contre le changement climatique et de maintenir sa bonne santé financière à long terme. « Désinvestir est un signal fort », commente Philippe Henry. « La Wallonie peut adopter une position historique dans la lutte contre le réchauffement climatique en devenant la première Région au monde a prendre cette décision. Il est difficilement compatible de se réjouir de l’accord conclu lors de la COP21 et de plaider pour l’abandon progressif des combustibles fossiles, tout en maintenant des investissements publics massifs dans ce type d’énergie. » « En termes de recettes, une étude de l’entreprise de services financiers MSCI indique que ce désinvestissement n’aura aucun impact, si ce n’est positif », conclut le député écologiste.

La Wallonie, première région du monde à se tourner vers l’avenir en matière d’investissements énergétiques ? C’est en tout cas l’objectif poursuivi par Ecolo par le biais de sa proposition de résolution.

1 http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2015/wp15105.pdf

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Hélène Ryckmans

Hélène Ryckmans

Députée wallonne, députée à la fédération Wallonie-Bruxelles, Sénatrice
En savoir plus
Philippe Henry

Philippe Henry

Député wallon, député à la fédération Wallonie-Bruxelles, Sénateur
En savoir plus
Stéphane Hazée

Stéphane Hazée

Député wallon et député au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles
Parce que le climat et l’environnement multiplient les signes d’épuisement, parce que les injustices grandissent et que beaucoup souffrent ou sont exclus
Parce qu’ECOLO propose une réponse cohérente à ces urgences et constitue une alternative crédible contre le fatalisme et le court-termisme, pour un changement de la société pour les gens d’aujourd’hui et pour les générations futures
Parce qu’ECOLO continue à faire de la politique autrement, contre les cumuls, contre les passe-droits, contre les abus, pour la participation et la démocratie, pour une éthique politique au quotidien, de façon collective et dans l’intérêt général
En savoir plus
Matthieu Daele

Matthieu Daele

Député wallon et député au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles
En savoir plus
Haut de page

Chargement