Démocratie

Ecolo-Groen introduit un droit d’initiative citoyenne au fédéral : une proposition soutenue par 50.000 personnes devra être présentée au Parlement

Photo (CC) Flickr

Ecolo et Groen défendent depuis toujours une vision de la démocratie qui donne davantage la parole aux citoyens. La conviction des écologistes est qu’un renforcement de la démocratie participative est une des réponses nécessaires au décalage grandissant entre les citoyens et le monde politique.

En savoir plus

URL de partage :

+ -
Niveau 3

Le groupe Ecolo-Groen à la Chambre entend dès lors introduire un droit d’initiative citoyenne au parlement fédéral, en réformant le droit de pétition. La proposition déposée obligera le Parlement à entendre les initiateurs de pétitions ayant récolté au minimum 50.000 signatures, dont 10.000 en Région flamande et Région wallonne, et 5000 en Région bruxelloise.

+ -
Niveau 4

Actuellement, au niveau fédéral, le système de pétition est trop complexe et ne débouche sur aucun débat concret.

« Le système actuel ne mène effectivement à rien, » commente Gilles Vanden Burre, député fédéral Ecolo. « Les faits montrent que les pétitions adressées au Président de la Chambre restent lettre morte. Une réforme profonde est donc nécessaire en vue d’introduire un véritable droit d’initiative citoyenne dans notre pays. Restaurer le lien entre les citoyens et les élus est par ailleurs une priorité à nos yeux afin de redonner du souffle à notre système démocratique, » poursuit Gilles Vanden Burre.

La réforme introduite par Ecolo-Groen permettra dès lors aux initiateurs de pétitions signées par 50.000 personnes, domiciliées en Belgique et âgées de minimum 16 ans, de confronter leur proposition directement avec les députés membres de la commission parlementaire concernée.

« Un tel échange direct entre députés et citoyens, afin de construire ensemble des solutions pour l’avenir, est indispensable si l’on souhaite réduire le fossé entre nos concitoyens et le monde politique et faire entrer notre démocratie dans le 21e siècle, » conclut Gilles Vanden Burre

Haut de page

Chargement