Open Data

Ecolo veut établir une vraie politique de données ouvertes

Photo Flickr (CC) NATS Press Office

Ecolo entend établir une vraie politique de données ouvertes en Belgique. Les écologistes ont, pour ce faire, déposé une proposition de loi à chaque niveau de pouvoir. Ces textes législatifs visent en outre à répondre à l’obligation de transposition de la directive européenne encourageant les Etats membres à mettre leurs données à disposition du public.

En savoir plus

URL de partage :

Par Alain Maron, Stéphane Hazée, Benoit Hellings, Patrick Dupriez
Publié le 9 février 2016

+ -
Niveau 3

L’accès à l’information et aux données occupe une place centrale dans nos sociétés modernes et connectées, particulièrement depuis l’apparition de l’internet mobile. C’est dans ce cadre qu’est également né l’Open Data, c’est-à-dire la mise à disposition et la réutilisation des données publiques.

+ -
Niveau 4

Patrick Dupriez, Co-président d’Ecolo : « L’Open Data est une réelle opportunité pour tous les acteurs de la société : les entreprises, actives dans les nouvelles technologies mais également dans d’autres secteurs comme le tourisme ou l’horeca, les citoyens, qui s’en trouvent mieux informés, et les pouvoirs publics, qui peuvent être plus efficaces grâce au partage d’informations. L’accès aux données publiques devrait être la règle. Ces données sont un bien commun. C’est la raison pour laquelle Ecolo a déposé, à chaque niveau de pouvoir, des textes de loi qui visent à établir une vraie politique de données ouvertes. »

Open data : de multiples avantages

L’Open data présente de nombreux avantages, notamment celui de contribuer à plus de transparence et de démocratie. En effet, des données publiques disponibles, ce sont des citoyens mieux informés et plus impliqués, et des élus qui rendent compte de leurs actions. « Par exemple, la publication des données budgétaires d’une commune va permettre aux citoyens de voir les investissements réalisés, et ainsi de vérifier par lui-même si les élus tiennent leurs engagements », poursuit Alain Maron, Député Ecolo bruxellois. « Les autorités publiques elles-mêmes sont gagnantes. Il n’est par exemple pas rare qu’une administration commande une étude statistique qu’une autre possède. L’échange d’information leur permettra de gagner du temps et d’optimiser leurs dépenses. »

L’Open data contribue également à l’essor du ’datajournalisme’, un journalisme basé sur l’exploitation et la mise à disposition de données statistiques. Ce type d’information joue lui aussi un rôle dans la démocratie en améliorant la compréhension et la connaissance des institutions par les citoyens, et permet également de créer de nouvelles facettes dans le métier de journaliste.

Les données ouvertes sont par ailleurs un vecteur important de développement économique, pour les entreprises liées aux nouvelles technologies mais également actives dans d’autres secteurs porteurs. « Lorsqu’on parle d’exploitation des données ouvertes, on pense bien sûr directement aux sociétés liées à la technologie ou au développement d’app mobiles », commente Alain Maron. « Mais le tourisme peut par exemple aussi se servir de données ouvertes, pour valoriser un patrimoine, des musées, l’offre horeca par zone... ». La mise à disposition des données publiques dans un format qui rend possible leur réutilisation est un enjeu essentiel. En Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles Mobilité rend notamment accessibles les données relatives aux itinéraires cyclables sur son territoire et les arrêts Collecto. Mais la politique d’Open data reste encore trop peu exploitée et généralisée. « Comme leur nom l’indique, les données publiques sont...publiques. Et appartiennent donc aux citoyens. Elles devraient être largement et facilement accessibles pour pouvoir être utilisées. Ces données existent et sont utiles à tous. Pour nous écologistes, leur mise à disposition doit être la règle, c’est la raison pour laquelle nous ferons tout pour que nos différents textes de loi soient adoptés », conclut Patrick Dupriez.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Alain Maron

Alain Maron

Député bruxellois
Mes matières de prédilections sont les politiques de développement urbain, l’urbanisme, la mobilité et l’environnement, les politiques sociales et d’insertion, ainsi que les politiques culturelles.
En savoir plus
Stéphane Hazée

Stéphane Hazée

Député wallon et député au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles
Parce que le climat et l’environnement multiplient les signes d’épuisement, parce que les injustices grandissent et que beaucoup souffrent ou sont exclus
Parce qu’ECOLO propose une réponse cohérente à ces urgences et constitue une alternative crédible contre le fatalisme et le court-termisme, pour un changement de la société pour les gens d’aujourd’hui et pour les générations futures
Parce qu’ECOLO continue à faire de la politique autrement, contre les cumuls, contre les passe-droits, contre les abus, pour la participation et la démocratie, pour une éthique politique au quotidien, de façon collective et dans l’intérêt général
En savoir plus
Benoit Hellings

Benoit Hellings

Député fédéral
Benoit Hellings est né à Oupeye le 7 juillet 1978.
36 ans | Deputé fédéral élu dans la circonscription de Bruxelles | Cycliste quotidien | Ancien Président du Port de Bruxelles | Ancien Sénateur | Ecologeek
En savoir plus
Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Haut de page

Chargement