Psychomotricité

En refusant de reconnaître la psychomotricité, la Ministre de Block refuse d’améliorer l’offre de soins de santé, contrairement à ce qu’elle prétend

Photo (CC) Flickr

La ministre de la santé Maggie De Block (Open VLD) refuse à nouveau de reconnaître la psychomotricité comme profession des soins de santé et confirme sa vision conservatrice de la santé et de ses pratiques. « Elle se cache derrière l’avis rendu par le Conseil National des Professions Paramédicales, et se déresponsabilise dans ce dossier », s’indigne Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo et Présidente de la Commission santé de la Chambre. « A quoi sert de travailler pendant 2 ans pour réformer l’ensemble des professions de la santé, et de donner l’illusion d’une concertation ouverte alors qu’elle reste de toute façon sur ces positions de départ ? » poursuit Muriel Gerkens.

En savoir plus

URL de partage :

Par Muriel Gerkens
Publié le 20 octobre 2016

+ -
Niveau 3

La Ministre a en effet entamé le 28 septembre dernier un large processus de révision de l’ensemble des professions de la santé, avec redéfinition des actes, volonté d’inscrire chaque professionnel dans un système de multidisciplinarité et possibilité de prescriptions groupées pour des soins complémentaires à un même patient. Elle annonce la reconnaissance de 10 nouvelles professions de la santé mais persiste à rejeter les psychomotriciens dans l’illégalité et à ne même pas les envisager dans le cadre de cette réforme.

+ -
Niveau 4

Pour Ecolo, les spécificités et l’utilité essentielle de la psychomotricité doivent être reconnues. Cette pratique entre en effet dans le domaine du paramédical, avec des missions et compétences propres. Il est dès lors impératif que les interventions de psychomotricité soient reconnues en tant qu’interventions paramédicales et c’est à ce titre, dans l’intérêt des patients, qu’Ecolo veut qu’on respecte les formations en psychomotricité.

« C’est crucial pour les étudiants, les enseignants et les diplômés, mais aussi pour tous les bénéficiaires de ces soins, qu’il s’agisse d’enfants, de personnes âgées ou en situation de handicap. La Ministre de la Santé refuse les innovations, tout en voulant faire croire qu’elle y est ouverte. C’est inacceptable, tant pour les milliers de (futurs) professionnels concernés, que pour les bénéficiaires de ces soins particuliers. Nous déposerons des propositions d’intégration des psychomotriciens dans le nouveau paysage des professions de la santé dans le cadre du processus consultatif de la réforme de l’AR 78 et en ferons apparaître les spécificités et complémentarités avec les autres professions médicales et paramédicales », conclut Muriel Gerkens.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Muriel Gerkens

Muriel Gerkens

Députée fédérale
Je vous invite à visiter mon nouveau site internet www.gerkensmuriel.be
En savoir plus
Haut de page

Chargement