Enseignement

Etudiants en médecine : une crise grave qui doit être résolue par les gouvernements

Photo Flickr (CC)

Malgré les déclarations récentes du Ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt (PS), l’incertitude s’aggrave pour les étudiants en médecine. Interpellé aujourd’hui en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles par le député Ecolo Philippe Henry, il n’apporte aucune réponse claire aux étudiants, actuels et futurs. Or, les dysfonctionnements sont importants et tant les étudiants que les (futurs) patients en pâtissent. « La situation actuelle résulte de décisions prises il y a vingt ans. C’est le péché originel qui prend tout le monde en otage maintenant », commente Philippe Henry. « Le Comité de concertation doit se saisir du dossier, cette situation absurde doit cesser. Nous avons besoin d’un accord, de perspectives d’avenir durables et pas de l’avis de l’un ou l’autre Ministre. La situation empire, nous faisons désormais face à un problème des Gouvernements. »

En savoir plus

URL de partage :

Par Philippe Henry
Publié le 23 septembre 2016

+ -
Niveau 3

Pour Ecolo, la politique de limitation de l’accès aux numéros Inami, ainsi que les diverses pistes de limitation des études, ne résolvent rien. Opposés aux quotas depuis toujours, les écologistes plaident également depuis longtemps pour une régulation de l’offre de soins, via l’évaluation interactive des bassins de soin, afin d’éviter les pénuries de spécialistes et la mauvaise répartition géographique des médecins. Les études et la formation des professionnels de la santé doivent en outre être revus en profondeur et tendre vers une ’école de la santé’, pour permettre une approche globale, pluridisciplinaire, l’apprentissage du travail en équipe et de nombreuses passerelles entre les différentes formations.

+ -
Niveau 4

« S’obstiner à coller des rustines sur un système qui ne fonctionne pas met en péril la qualité de nos soins de santé. Le Ministre Marcourt nous annonce des réunions, des discussions et renvoie à la responsabilité du fédéral dans certains cas. Nous exigeons des décisions fermes et réalistes afin de mettre fin à ces incertitudes. Il faut également oser remettre l’ensemble du système en question, et tendre vers une approche globale et pluridisciplinaire qui répond aux besoins réels du terrain », conclut Philippe Henry.

Dans l’immédiat, il faut que les étudiants sachent de toute urgence, en fonction de leur année d’études, quel système s’appliquera pour eux. C’est la raison pour laquelle Ecolo demande que tous les gouvernements concernés se saisissent sans plus tarder de ce grave problème.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Philippe Henry

Philippe Henry

Député wallon, député à la fédération Wallonie-Bruxelles, Sénateur
En savoir plus
Haut de page

Chargement