Nucléaire

Jugé insuffisant, Electrabel doit maintenant réalimenter d’urgence le fond de démantèlement des centrales nucléaires

Photo (CC) Flickr

Selon les premières informations qui commencent à circuler, la commission des provisions nucléaires vient de remettre son rapport : il manque plus d’un milliard d’euros dans le fond sensé être à même de financer le démantèlement des centrales nucléaires et la gestion des déchets, qui pour certains d’entre eux resteront radioactifs plus de 200.000 ans !

En savoir plus

URL de partage :

Par Jean-Marc Nollet
Publié le 13 décembre 2016

+ -
Niveau 3

Ses conclusions se rapprochent peu à peu de l’étude économique diffusée par ECOLO il y a neuf mois et que vous retrouverez en annexe.

+ -
Niveau 4

La sous-évaluation actuelle est le fait de l’utilisation par Synatom d’un taux (4,8%) artificiellement gonflé pendant des années et totalement déconnecté des réalités économiques et financières. Il permettait aux exploitants, au premier rang desquels se retrouve Electrabel, de minimiser l’impact du démantèlement et de la gestion des déchets sur leurs bilans, leurs résultats et leurs marges bénéficiaires. Partant, il faisait courir un risque financier énorme sur le budget de l’état et derrière lui le citoyen contribuable.
L’écologiste Jean-Marc Nollet "note avec satisfaction que la commission des provisions commence à prendre sérieusement distance avec les prévisions intenables d’un taux d’actualisation de 4,8% que Synatom a encore eu le culot de défendre cette année dans sa demande introduite auprès de la commission".
Mais le chef de groupe Ecolo tient à rappeler que de nombreuses autres questions qui impacteront le montant des provisions n’ont pas encore été tranchées à ce stade :le choix du type de confinement des déchets et leur destination finale (surface ? enfouissement ? Si oui, à quelle profondeur ? lieu ?) , la solution à apporter aux fûts gélatineux , le problème du retraitement des déchets , etc. "L’évaluation des coûts se basent sur les options les moins coûteuses, dont certaines sont aujourd’hui rendues caduques. Partout ailleurs dans le monde, les coûts sont revus à la hausse. En France, l’évaluation financière du projet d’enfouissement a triplé. Sur ce volet aussi le montant des provisions nécessaires doit être revu à la hausse en Belgique. Je suis curieux de découvrir pourquoi sur ce point la commission s’est limitée à simplement ajuster les montants nécessaires à la marge".

Les écologistes demandent à la ministre Marghem d’exiger le versement rapide par Electrabel des montants nécessaires et la publication de l’ensemble des études financières réalisées. "A défaut de réaction politique à la hauteur, cette facture sera envoyée par les exploitants sur la feuille d’impôt de chaque citoyen belge. Il y a donc urgence à ce que le Gouvernement Fédéral exige de la part d’Electrabel un renflouement du fonds des provisions à la hauteur de l’ensemble des besoins nécessaires », conclut Jean-Marc Nollet.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Jean-Marc Nollet

Jean-Marc Nollet

Député fédéral
Nous sommes arrivés au carrefour de toutes les crises : financière, énergétique, sociale et environnementale. Notre réponse : relancer l’emploi en redéployant notre économie vers le développement durable.
En savoir plus
Haut de page

Chargement