Publifin

Le Gouvernement wallon doit prendre la mesure de la gravité de la crise : la Wallonie ne peut pas en rester là !

Photo (C) Reporters

[RECAPITULATIF] Les moments clé du dossier Publifin :

En savoir plus

URL de partage :

Par Patrick Dupriez, Stéphane Hazée
Publié le 19 janvier 2017

+ -
Niveau 3

Pour les Verts, la responsabilité du Gouvernement et, en première ligne, du Ministre des pouvoirs locaux, est engagée sur au moins trois plans :

  • Le secrétariat des cabinets, sous l’autorité du Ministre-président, transmet à chaque Ministre, avant tout engagement dans un cabinet, une fiche comprenant l’ensemble des mandats publics et privés des candidats. Le Ministre des pouvoirs locaux a donc pu apprécier la situation de son chef de cabinet adjoint en connaissance de cause.
  • La cellule de contrôle des mandats, sous l’autorité du Ministre des pouvoirs locaux, n’a manifestement pas exercé sa mission de contrôle des rémunérations relatives aux comités de secteur de l’intercommunale Publifin et aucune mesure n’a été prise sur base des déclarations déposées par les mandataires concernés.
  • Le Gouvernement wallon a torpillé plusieurs réformes adoptées par le Parlement qui auraient précisément permis d’empêcher ce scandale : la commission de déontologie et d’éthique prévue pour lutter contre les conflits d’intérêts et contrôler les rémunérations des élus de façon indépendante n’a pas été mise sur pied ; les commissaires du Gouvernement prévus pour contrôler les intercommunales stratégiques n’ont pas été désignés ; l’application du droit wallon à Publifin a été reportée de deux ans...
+ -
Niveau 4

Ces éléments constituent une triple faute dans le chef du Gouvernement, dont l’attitude se résume en fait à se serrer les coudes et mettre un couvercle sur la marmite en ébullition.

« La responsabilité du Gouvernement wallon est clairement engagée et personne, à ce stade, ne l’assume. Ce n’est pas acceptable et cela hypothèque toute crédibilité de sa capacité à rétablir la confiance. En parallèle, aucune mesure n’est prise pour mettre au pas ceux qui tirent les ficelles de ce système de pratiques politiques qui abîment la démocratie », s’insurgent Patrick Dupriez, Coprésident d’ECOLO, et Stéphane Hazée, chef de groupe ECOLO au Parlement de Wallonie.

Pour Ecolo, la Wallonie ne peut pas en rester là !

Sans préjudice des réformes de fond qu’il faut mettre en oeuvre, Ecolo répète que le Ministre des pouvoirs locaux n’est plus l’homme de la situation.

Si le Gouvernement ne se ressaisit pas et n’assume pas sa responsabilité, Ecolo prendra contact avec les autres groupes de l’opposition pour déposer une motion de méfiance (*).

Dans ce contexte, les écologistes proposent à la coalition wallonne de désigner un-e Ministre indépendant-e des partis politiques pour prendre en charge, avec les coudées franches, la gouvernance publique et les pouvoirs locaux. Il ou elle aura la responsabilité de mettre réellement en œuvre, avec le Parlement, les réformes nécessaires au rétablissement de la confiance de la population dans sa démocratie.

Il faut oser sortir des habitudes et des dynamiques partisanes pour avoir une chance de réformer réellement la gouvernance wallonne.

En parallèle, Ecolo déposera une proposition visant à créer une commission d’enquête, afin de faire toute la lumière sur la nébuleuse Publifin et pour mettre à plat ce système de pratiques politiques.

Pour Patrick Dupriez, « il est consternant de constater que des hommes qui exercent les plus hautes responsabilités politiques depuis parfois des décennies attendent l’éclatement de scandales pour multiplier les effets d’annonce. Qu’attendent les partis traditionnels pour agir en limitant drastiquement les cumuls ou en interdisant à leurs mandataires de créer des sociétés afin de dépasser les plafonds de rémunération ? »

Il est temps de passer d’un discours de l’indignation à une action responsable, déterminée et crédible. C’est la capacité de notre démocratie à relever les défis de notre société qui est en jeu.


Les moments clé du dossier Publifin :

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Stéphane Hazée

Stéphane Hazée

Député wallon et député au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles
Parce que le climat et l’environnement multiplient les signes d’épuisement, parce que les injustices grandissent et que beaucoup souffrent ou sont exclus
Parce qu’ECOLO propose une réponse cohérente à ces urgences et constitue une alternative crédible contre le fatalisme et le court-termisme, pour un changement de la société pour les gens d’aujourd’hui et pour les générations futures
Parce qu’ECOLO continue à faire de la politique autrement, contre les cumuls, contre les passe-droits, contre les abus, pour la participation et la démocratie, pour une éthique politique au quotidien, de façon collective et dans l’intérêt général
En savoir plus
Haut de page

Chargement