CPAS

Levée du secret professionnel : la réponse de Charles Michel au recteur de l’ULB relève de l’enfumage et passe à côté des vrais enjeux

Photo (C) Reporters

Depuis les premières discussions autour de la proposition de loi visant à lever le secret professionnel des travailleurs sociaux, Ecolo-Groen répète qu’une collaboration efficace entre la Justice et les CPAS est fondamentale dans la lutte contre le terrorisme. Par contre, les Verts rappellent avec tout autant de force que profiter du contexte actuel pour restreindre nos libertés individuelles et mettre à mal le travail des assistants sociaux est inacceptable. C’est pour cette raison qu’Ecolo-Groen rejette ce texte, en particulier l’introduction de l’obligation d’information active. En effet, celle-ci impose aux travailleurs sociaux de briser le secret professionnel et d’informer proactivement la police s’ils décèlent des « indices sérieux liés à des actes terroristes », sans autre forme de précision.

En savoir plus

URL de partage :

Par Gilles Vanden Burre
Publié le 6 février 2017

+ -
Niveau 3

Comme le résume le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre, « ce texte nous emmène donc vers une société de flicage généralisé brisant l’indispensable lien de confiance entre nos institutions sociales et nos concitoyens. »

+ -
Niveau 4

Or, la majorité MR/N-VA, appuyée par le cdH, a soutenu ce texte vendredi dernier en commission, et le Premier Ministre Charles Michel (MR) défend cette position aujourd’hui dans une lettre ouverte en réponse à l’appel du recteur de l’ULB de refuser cette proposition liberticide.

« Cette réponse du Premier Ministre s’apparente à un enfumage en règle, » s’indigne Gilles Vanden Burre. « D’une part, sur le fond, le Premier Ministre ne répond en rien aux inquiétudes concernant l’obligation active d’information. En effet, les assistants sociaux sur le terrain se posent de nombreuses questions et ne veulent pas jouer aux policiers. D’autre part, au niveau politique, la future adoption de ce texte consacre la victoire totale de la N-VA en termes de vision de société, stigmatisant les personnes fragilisées et affaiblissant notre système de sécurité sociale. Nous appelons solennellement les libéraux, et le Premier Ministre en particulier, à revenir sur leur position, » conclut Gilles Vanden Burre.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Gilles Vanden Burre

Gilles Vanden Burre

député fédéral
En savoir plus
Haut de page

Chargement