ING

Malgré la crise, ING a distribué 7,2* milliards de dividende en 10 ans : Le Gouvernement fédéral doit sortir de son déni !

Photo (C) Reporters

Ce matin, ING annonce un nouveau licenciement collectif et la suppression de plus de 3.500 emplois. Un nouveau coup extrêmement dur pour l’emploi. Pas plus tard que jeudi, Charles Michel essayait pourtant de faire croire à la tribune du Parlement que son Gouvernement maîtrisait la situation. Et le Premier Ministre rappelait sa volonté de poursuivre une stratégie qui, pourtant, mène l’économie belge dans le mur. Tout en exprimant sa plus grande solidarité avec les travailleurs concernés et leur famille, ECOLO rappelle et réitère son appel au Gouvernement fédéral de quitter son attitude de déni et à changer de stratégie et de vision économique.
Toutes les propositions d’ECOLO pour mieux protéger les travailleurs, encadrer les multinationales et redéployer notre économie

En savoir plus

URL de partage :

Par Patrick Dupriez, Zakia Khattabi
Publié le 3 octobre 2016

+ -
Niveau 3

« Lors du drame Caterpillar, Charles Michel déclarait qu’on arrivait aux limites d’un système. On les a pourtant dépassées depuis longtemps ! Il est urgent de mettre en place des mesures de régulation économique autrement plus volontaristes que celles nous servent les uns après les autres nos Gouvernements fédéraux. Conditionner les aides publiques à de la création réelle d’emplois et refuser la distribution excessive de dividende sont deux propositions qu’ECOLO avait réitérées au moment du drame Caterpillar et elles se justifient tout autant face à l’annonce d’ING. Il est urgent de les prendre en compte », s’exclame Patrick Dupriez, coprésident d’ECOLO.

+ -
Niveau 4

Au cours des dernières années, malgré la crise financière et une situation déjà difficile, ING a distribué 7,2* milliards de dividendes à sa maison mère hollandaise tout en bénéficiant des politiques fiscales généreuses de l’État fédéral, comme les intérêts notionnels ou les réductions de cotisation sociale. Pour ECOLO, on ne peut accepter que les travailleurs servent une nouvelle fois de variable d’ajustement et que les plus grandes sociétés spolient ainsi les intérêts économiques et sociaux de la Belgique.

« C’est trop facile de faire peser sur le dos de la sécurité sociale les conséquences d’une logique de recherche de profit aveugle. Si le Gouvernement fédéral ne tape pas du poing sur la table, d’autres grandes sociétés risquent de suivre l’exemple de Caterpillar et d’ING. Il est plus que temps d’adopter des lois qui protègent notre économies et nos emplois, comme celle prévoyant le remboursement des aides publiques en cas de licenciement injustifié. Mais il faut également activer tous les leviers qui nous permettront de capter les emplois du futur. Une future réforme de l’Impôt des Sociétés doit ainsi supprimer les niches fiscales qui ne servent qu’à maximaliser les profits de quelques acteurs de l’économie et miser sur les emplois locaux, ceux présents dans nos PME », conclut Zakia Khattabi, coprésidente d’ECOLO.

Au Parlement fédéral, les députés écologistes demanderont la tenue d’un débat urgent sur la situation de l’emploi dans le secteur bancaire, particulièrement chez ING, ainsi que le traitement rapide de leurs propositions de loi visant à éviter la destruction de nouveaux emplois.

Toutes les propositions d’ECOLO pour mieux protéger les travailleurs, encadrer les multinationales et redéployer notre économie

* Source : L’Echo

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Zakia Khattabi

Zakia Khattabi

Co-présidente d'ECOLO
En savoir plus
Haut de page

Chargement