Manifestation

Manifestation 24 novembre : Maggie De Block nuit gravement à votre santéet à celle des professionnels de la santé

Ce matin, le secteur du non-marchand défile dans les rues de Bruxelles. Parmi les manifestants, les blouses blanches seront représentées en nombre, et pour cause. Les raisons de mécontentement sont en effet nombreuses : suppressions des aménagements de fin de carrière des infirmiers et infirmières ; suppression des primes salariales liées aux spécialisations des infirmières ; diminution des budgets généraux des hôpitaux ; pressions pour (encore) diminuer le nombre de jours d’hospitalisation ; économie de 7 millions d’euros sur les maisons médicales,….

En savoir plus

URL de partage :

Par Zakia Khattabi, Patrick Dupriez, Muriel Gerkens
Publié le 24 novembre 2016

+ -
Niveau 3

« Après deux ans de politique de santé menée par Maggie De Block (Open VLD), le constat est implacable : ses politiques nuisent gravement à la santé de tous les citoyens belges et à celle de leur entourage. Patients et professionnels sont exclus de ses préoccupations », dénoncent Zakia Khattabi et Patrick Dupriez, coprésidents d’Ecolo.

+ -
Niveau 4

La Ministre de la Santé Maggie De Block réforme en effet les soins de santé en faisant des économies sur le dos des patients et des professionnels de la santé, contrairement à ses (multiples) déclarations. Ses décisions sont davantage prises pour des raisons budgétaires que sanitaires et il est clair qu’elle soigne surtout le budget de l’État, au détriment du budget des citoyens et des travailleurs du secteur. Des économies de 670 Millions d’euros ont ainsi été conclues en septembre 2016 et acceptées par les partenaires de gestion de l’Inami. Or, la Ministre accepte en octobre 2016 d’imposer 230 Millions d’euros d’économies supplémentaires...

Les Verts pointent également la réforme du financement des hôpitaux. L’objectif affiché est une réorganisation en réseaux de ceux-ci, la nécessité de diminuer le nombre de lits aigus pour augmenter le nombre de lits chroniques et le développement de soins extra-hospitaliers. « Si nous pouvons soutenir ces objectifs, nous constatons que, dans les faits, cette réforme est utilisée pour justifier des économies budgétaires. La diminution supplémentaire du budget de 92 millions d’euros aura notamment comme impact la diminution du nombre d’infirmiers et infirmières », poursuivent les coprésident d’Ecolo.

« La Ministre met fin aux aménagements de fin de carrière des infirmiers et infirmières qui bénéficiaient, à partir de 45 ans, de jours de repos et d’allégement du temps de travail. Le métier d’infirmier n’est il pourtant pas un métier lourd physiquement et psychiquement ? Elle supprime la valorisation salariale des spécialisations sans mettre d’abord en place une autre structure des rémunérations des infirmières, » précise Muriel Gerkens

Enfin, les écologistes pointent que la Ministre de la Santé soigne davantage les lobbies que les personnes. Elle maintenant l’opacité sur les négociations de prix avec le secteur pharmaceutique, les lobbies du tabac et de l’alcool peuvent dormir sur leurs deux oreilles aux côtés de Bayer et Monsanto. Par contre, les maisons médicales forfaitaires se voient amputées de 7 millions et d’un moratoire, sous prétexte de faire un audit. « Or, dans ces maisons médicales, médecins, infirmiers, kinés, assistants sociaux y travaillent en équipes interdisciplinaires pour assurer des soins de qualité aux populations les plus fragilisées, » ajoute Muriel Gerkens

Les professionnels et les patients méritent des politiques de santé efficaces et justes. Les écologistes ont donc observé les symptômes et tiré un diagnostic, afin de proposer plusieurs remèdes :

  • Un projet global de santé publique qui donne du sens aux réformes, aux mesures concrètes et à la gestion des budgets ;
  • Une norme de croissance de 2,3 % pour couvrir les besoins de la population : gérer un budget de santé, c’est veiller, avec la meilleure efficacité, à garantir une couverture universelle en soins de santé pour toutes et tous. Ce n’est pas garantir l’équilibre budgétaire de l’État via des politiques à charge des patients et des travailleurs de la santé ;
  • Une réforme des professions de la santé qui se co-construit avec les travailleurs et pas contre eux. La réorganisation nécessaire des tâches et complémentarités entre les différents métiers doit d’abord se construire autour d’un projet collectif partagé et puis seulement ensuite, on modifie les dispositifs actuels. Pas l’inverse !
  • Organiser l’échelonnement des soins à partir des soins de proximité en valorisant réellement les généralistes et les prestataires de proximité : leur nombre doit être augmenté et leur répartition territoriale améliorée.

En conclusion, de grands chantiers sont en cours, comme la réforme du financement des hôpitaux et la réforme des professions de la santé. Pour les Verts, elles ne réussiront que si elles intègrent ces préoccupations et que si elles s’inscrire dans un projet global de soins de qualité et solidaires.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Zakia Khattabi

Zakia Khattabi

Co-présidente d'ECOLO
En savoir plus
Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Muriel Gerkens

Muriel Gerkens

Députée fédérale
Je vous invite à visiter mon nouveau site internet www.gerkensmuriel.be
En savoir plus
Haut de page

Chargement