COP22

Marrakech : une 22ième Conférence en demi-teinte

Photo Flickr (CC)

Ce qui devait être d’après la présidence marocaine de la COP22 une « marche vers l’avenir » n’aura finalement été qu’un pas timide vers demain.

En savoir plus

URL de partage :

Par Zakia Khattabi, Patrick Dupriez
Publié le 19 novembre 2016

+ -
Niveau 3

En effet, les deux semaine de négociations sur l’application concrète de l’Accord de Paris ont abouti à un résultat sans déception mais aussi sans enthousiasme.

+ -
Niveau 4

Après l’espoir suscité par l’Accord de Paris en décembre 2015, et ensuite par sa ratification par de nombreux pays le 4 novembre dernier, le soufflé semble retomber malgré l’urgence.

Bien sûr certains pourraient simplement se réjouir qu’après l’élection du climato-sceptique Donald TRUMP, aucun pays n’ait souhaité sortir de l’Accord de Paris. On pourrait aussi souligner certaines avancées en matière de financement du Fonds d’adaptation vers les Pays en Développement et de progrès sur le front des questions de genre ou des peuples indigènes. Mais la « Proclamation » adoptée reste très générale et la « Feuille de route » pour les deux années à venir avec engagements, contributions et agenda de chaque Etat dépendra de la volonté de chacun de poursuivre de manière volontariste le processus.

Avec le choc provoqué par l’élection de Trump aux Etats-Unis, il est temps pour l’Europe de reprendre un leadership qu’elle a perdu ces deux dernières années. Et au sein de cette Europe, il revient aux Etats de fournir d’urgence leurs contributions au processus. En cela, la Belgique est aujourd’hui mauvais élève.

« Il faudra surtout retenir de cette 22ième Conférence qu’elle aura réellement été marquée par la présence forte, les expressions ambitieuses, la pression au quotidien des associations, de la société civile, des représentants des travailleurs, des mouvements de jeunes, de femmes, d’agriculteurs, des activistes et même de certains acteurs économiques qui savent qu’aujourd’hui le mouvement vers un monde sans énergies fossiles ne peut être stoppé, qu’il n’est plus possible de reculer. Plus que jamais les écologistes sont à leurs côtés » concluent les Coprésidents d’ECOLO.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Zakia Khattabi

Zakia Khattabi

Co-présidente d'ECOLO
En savoir plus
Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Haut de page

Chargement