Marrakech après Paris

Ou le temps de l’action climatique

C’est aujourd’hui 4 novembre qu’entre en vigueur l’accord climatique conclu à Paris l’an passé. Et c’est à Marrakech dans une semaine que tous les responsables politiques, experts, scientifiques, associations, activistes se retrouveront pour une COP22 qui doit concrétiser l’accord de Paris.

En savoir plus

URL de partage :

Par Zakia Khattabi, Patrick Dupriez, Jean-Marc Nollet, Philippe Henry, Evelyne Huytebroeck
Publié le 4 novembre 2016

+ -
Niveau 3

Et même si l’événement a moins d’ampleur médiatique que le rendez-vous de la COP21, il n’en demeure pas moins décisif, car c’est à Marrakech qu’on va pouvoir mesurer si le soufflé de la lutte contre les changements climatiques n’est pas retombé.

+ -
Niveau 4

Grâce aux ratifications de l’accord intervenues ces derniers mois par différents Etats, le traité voit le jour aujourd’hui. Le signe est positif, mais il va devoir se transformer en mouvement international si on veut comme le signifie l’Accord de Paris « contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels ».

Aujourd’hui on en est loin malheureusement (on tend vers 3,5 à 4 degrés).

Très rapidement il faudra voir clair dans les engagements des uns et des autres, établir des moments d’évaluation à courte échéance, exiger des pays les plus riches d’accorder 100 milliards par an d’ici à 2020 pour aider les pays en développement à réduire leurs propres émissions et à se protéger contre les impacts négatifs des changements climatiques.

Et dans ce puzzle climatique qui doit absolument prendre forme, la pièce Belgique est actuellement manquante.

La Belgique (fédéral comme régions) n’a pas encore ratifié l’accord de Paris. Elle vient tout juste péniblement d’obtenir un accord sur la répartition des efforts pour 2020. Si des gouvernements « spécial climat » sont organisés aujourd’hui, à la veille de la Cop22, peu d’engagements ambitieux sont pris et des reculs sont malheureusement observés sur plusieurs fronts.

C’est pourquoi ECOLO demande que l’État Fédéral et les régions s’engagent beaucoup plus fermement entre autre :

  • dans le sens d’un plan climat qui développe plus avant tant les énergies renouvelables que la performance énergétique et la diminution de la consommation d’énergie ;
  • d’une politique des déchets qui développe plus le recyclage, le réemploi, la réutilisation et la biométhanisation que l’incinération ;
  • d’une politique de mobilité qui privilégie plus les modes piétons, cyclistes et transports collectifs que l’utilisation de la voiture ;
  • d’une véritable économie bas-carbone et la création d’emplois dans les secteurs de la construction durable, de l’alimentation, de l’eau, des déchets... et cela dans le cadre d’une transition juste qui s’appuie sur un dialogue social et le développement de compétences et formations ;
  • d’une politique de placements (fonds de pensions, assurances, fonds de réserve…) qui ne permette pas d’investir dans le secteur des énergies fossiles.

Non il ne suffit pas de ratifier, il faut agir, d’urgence. Comme le dit très justement Nicolas Hulot, nous en sommes au « temps de la cohérence ». La crise climatique n’est pas un simple enjeu environnemental, c’est la clef de voûte de la dignité humaine et de la justice.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Zakia Khattabi

Zakia Khattabi

Co-présidente d'ECOLO
Militante féministe et consultante diversité, je me passionne pour les questions de gouvernance et plus précisément sur l’évaluation des politiques publiques. J’ai toujours eu des engagements politiques. C’est ainsi que progressivement, et parce que je crois en l’écologie politique comme projet de société global et progressiste, j’ai naturellement rejoint les rangs d’Ecolo.
En savoir plus
Patrick Dupriez

Patrick Dupriez

Co-président d'ECOLO
Ingénieur agronome de formation, j’ai très jeune rejoint les rangs d’Ecolo.
En juin 2009, j’ai été élu député régional. Je me suis d’emblée passionné pour les questions liées à l’agriculture, la nature, les travaux publics, l’enfance, la santé et les relations internationales. En mars 2012 j’ai été désigné à la présidence du Parlement Wallon. Depuis mars 2015 je suis co-président d’Ecolo avec Zakia Khattabi.
En savoir plus
Jean-Marc Nollet

Jean-Marc Nollet

Député fédéral
Nous sommes arrivés au carrefour de toutes les crises : financière, énergétique, sociale et environnementale. Notre réponse : relancer l’emploi en redéployant notre économie vers le développement durable.
En savoir plus
Philippe Henry

Philippe Henry

Député wallon, député à la fédération Wallonie-Bruxelles, Sénateur
En savoir plus
Evelyne Huytebroeck

Evelyne Huytebroeck

Députée bruxelloise
Bienvenue sur ma page personnelle !
En savoir plus
Haut de page

Chargement