Politique

Rapport socio-économique après 500 jours de gouvernement Michel : le recul menace

Photo Flickr (CC) Guillaume Richer

“La force du changement menace de devenir la force du recul pour bon nombre de citoyens belges. La mayonnaise du gouvernement Michel ne prend pas. Il est temps d’appuyer sur le bouton RESET en termes de contrôle budgétaire.” C’est la conclusion que tire Ecolo-Groen après avoir analysé les 500 premiers jours du gouvernement Michel I au niveau socio-économique.
Consulter le rapport complet

En savoir plus

URL de partage :

Par Jean-Marc Nollet
Publié le 25 février 2016

+ -
Niveau 3

La situation socio-économique de notre pays a fait couler beaucoup d’encre, ne serait-ce qu’au cours des dernières semaines. La Banque Nationale émet des mises en garde contre le déficit budgétaire et le Bureau fédéral du Plan indique une augmentation de la pauvreté. Dans l’intervalle, PS et N-VA se chamaillent à propos de la différence entre Di Rupo et Michel. C’est pourquoi Ecolo-Groen présente pour la première fois une analyse approfondie de la politique gouvernementale. Le groupe des Verts le fera désormais chaque année.

+ -
Niveau 4

25 indicateurs

L’évaluation se base sur un large éventail d’indicateurs. Au nombre de 25, ces derniers vont du solde budgétaire aux revenus disponibles, en passant par l’empreinte écologique. Le rapport d’évaluation se base entièrement sur les données les plus récentes de la Commission Européenne, le Bureau du Plan, la Banque Nationale et Eurostat, entre autres. Il répond ainsi à la question suivante : quelle est l’efficacité réelle du gouvernement Michel en matière socio-économique ? Meilleure ou moins bonne que le gouvernement Di Rupo ?

“Nous constatons des avancées sur certains aspects, par exemple en termes de confiance des entreprises et le nombre de nouveaux entrepreneurs. Mais les inégalités sociales augmentent et l’environnement reste le grand absent de la politique fédérale. Il n’y a donc pas de raison d’être euphorique. Les revenus des personnes sont encore plus bas qu’avant la crise. Le budget n’est pas en ordre et de nouvelles factures menacent d’arriver chez les citoyens ordinaires”, résument Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo, chefs de groupe Ecolo-Groen à la Chambre.

Démunis

La baisse des impôts sur le travail et la conjoncture internationale ont permis la création de davantage d’emplois dans le secteur privé que précédemment. Les indicateurs qui évoluent clairement positivement sont la confiance des entreprises et le nombre de nouveaux entrepreneurs. Au niveau international, la Belgique pourrait cependant encore mieux faire. D’autres paramètres comme la croissance du PIB et la confiance des consommateurs présentent en effet une image mitigée.

Ecolo-Groen met surtout en garde contre un fossé grandissant entre les pauvres et les personnes les plus aisées, à cause de la politique du gouvernement. “Les chiffres le montrent : nous ne luttons pas assez efficacement contre la pauvreté, le nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration augmente et le chômage des jeunes exige clairement plus d’attention. Après 500 jours, l’écart se creuse de plus en plus entre riches et pauvres”, ajoute Jean-Marc Nollet.

L’environnement, le grand absent

Le rapport va plus loin que les paramètres socio-économiques classiques. Ecolo-Groen a toujours défendu une utilisation bien plus active des indicateurs économiques alternatifs. L’analyse se penche dès lors également sur les résultats en termes de bien-être au travail, la mobilité, la santé, le climat et l’énergie. Ces domaines sont en effet tout aussi déterminants, tant économiquement que socialement.

Là où les indicateurs virent au rouge, c’est lorsqu’on aborde l’environnement.

Embouteillages, énergies renouvelables, objectifs climatiques, empreinte écologique et pollution de l’air : à chaque fois, nos résultats ne sont pas bons. “Nous avions déjà tiré la sonnette d’alarme avant l’accord de gouvernement. Le gouvernement Michel n’a aucune ambition en termes d’environnement et de climat. Ce thème est le grand absent. Résultat : plus de pollution, plus de maladies”, ajoute Jean-Marc Nollet.

Contrôle budgétaire : RESET

Jean-Marc Nollet et Kristof Calvo se saisissent du rapport pour déjà porter leurs regards sur le contrôle budgétaire à venir. Ecolo-Groen se montre extrêmement inquiet de ce qui reste à venir, au vu des données budgétaires décevantes. Malgré les importantes économies, le budget n’est pas en ordre. Sous ce gouvernement, de nouvelles factures risquent d’arriver. Mais cela risque également d’abîmer le tissu économique. Et les investissements se font rares.

“L’OCDE a récemment mis en garde contre les conséquences négatives qui découlent des politiques d’austérité en Europe. Avec le contrôle budgétaire, le gouvernement doit oser se réorienter. Lorsqu’on voit la manière dont le Ministre des Finances Johan Van Overtveldt traite la question de la lutte contre la fraude fiscale, il est clair qu’il faut accorder plus d’attention à la perception d’une ficalité plus juste”, conclut Jean-Marc Nollet.

Consulter le rapport complet

Voir la présentation :

PDF - 758.5 ko
+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Jean-Marc Nollet

Jean-Marc Nollet

Député fédéral
Nous sommes arrivés au carrefour de toutes les crises : financière, énergétique, sociale et environnementale. Notre réponse : relancer l’emploi en redéployant notre économie vers le développement durable.
En savoir plus
Haut de page

Chargement