Enseignement

Fausses universités : Ecolo appelle les Ministres à prendre leurs responsabilités

Photo (CC) Freepik

La Libre Belgique relaie aujourd’hui l’inquiétude de la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) concernant ce qu’on appelle communément les ’fausses universités’, c’est-à-dire ces établissements d’études supérieures privés dont les diplômes ne sont pas reconnus par la Communauté française.

En savoir plus

URL de partage :

Par Philippe Henry
Publié le 16 août 2017

+ -
Niveau 3

Ecolo, déjà conscient du problème, entend bien interpeller les Ministres concernés, tant du fédéral que de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à la rentrée afin de mettre fin à ce business juteux et à ces situations injustes pour les étudiants. « En effet, en vertu de la liberté d’enseignement inscrite dans la Constitution, l’existence de ces établissements est légale. Mais ils entretiennent le flou et jouent sur les mots pour cacher aux étudiants que le diplôme qu’ils obtiendront n’est pas reconnu en Belgique. Cela doit changer, » commente le député Ecolo Philippe Henry.

+ -
Niveau 4

Les Verts partagent ainsi la demande de la FEF de réaliser un screening de tous les établissements privés délivrant des diplômes supérieurs et de mettre en demeure ceux qui trompent leurs étudiants. Pour Ecolo, la réponse que le Ministre Marcourt (PS) avait adressé aux étudiants concernés en juin dernier est en effet insuffisante, le Ministre se contentant de leur proposer de porter plainte contre les établissements. Les écologistes appellent donc le Ministre à prendre ses responsabilités : il faut davantage de transparence et de restrictions concernant les appellations que peuvent utiliser les établissements privés.

Ecolo demande également plus de coopération entre les divers niveaux de pouvoir, notamment concernant les étudiants étrangers. « Les fausses universités se font surtout connaître en dehors de nos frontières pour attirer les étudiants étrangers, souvent peu au fait de nos complexités institutionnelles. Ces étudiants doivent obtenir un visa pour pouvoir venir étudier en Belgique. Il faudrait pouvoir les informer correctement et de façon transparente lors de cette procédure, et mettre fin aux pratiques douteuses des établissements qui réclament des frais d’inscription très élevés pour délivrer un diplômes non reconnus au final, » ajoute Philippe Henry.

Ecolo mettra donc ce dossier à l’ordre du jour des Parlements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et fédéral dès la rentrée, afin de faire toute la lumière sur ces pratiques et d’y mettre fin durablement.

+ -
Niveau 5

Un dossier suivi par

Philippe Henry

Philippe Henry

Député wallon, député à la fédération Wallonie-Bruxelles, Sénateur
En savoir plus
Haut de page

Chargement